La chirurgie ?

La chirurgie de l’ongle incarné est réalisée sous anesthésie générale ou locorégionale ou locale. Le chirurgien adaptera la résection unguéale, matricielle et cutanée en fonction des constatations pre opératoires.

Comment se passe l’intervention chirurgicale en cas d’ongle incarné ?

Dans tous les cas, il faut enlever la partie de l’ongle qui blesse la peau. Bien souvent il convient d’enlever la matrice qui produit l’ongle.

D’autres techniques proposent une destruction chimique de la matrice de l’ongle au phénol ou une destruction au laser. Plusieurs techniques opératoires sont possibles pour la chirurgie de l’ongle incarné :

Le traitement conservateur

Ce traitement qui consiste en une simple exérèse de l’éperon et de la partie infectée expose au risque de récidive dans environ 50% des cas. Il est très rare que nous pratiquions ce type de technique.

La cure radicale

Cette technique a notre préférence. Elle est réalisée sous anesthésie locale ou loco régionale. Elle supprime définitivement le conflit (jusqu’à la matrice +++). Il s’agit d’une chirurgie ambulatoire.

Il s’agit d’une chirurgie relativement simple mais qui doit être réalisée dans le respect de certains impératifs techniques garants d’un bon résultat. Il n’est pas rare de voir des patients ayant eu des chirurgies itératives incomplètes.

La pulpoplastie

En cas d’hypertrophie du bourrelet ou d’ongles enfouis, on enlève une partie de la pulpe pour libérer l’ongle. Ce traitement a quelques indications notamment chez l’enfant.

Qu’est ce que je risque ? Quelles sont les complications ?

Le plus souvent les suites opératoires de la chirurgie de l’ongle incarné sont simples mais comme toute chirurgie il existe des risques potentiels.

Globalement les complications sont rares.

La cicatrisation est obtenue en deux à trois semaines après la chirurgie de l’ongle incarné, mais peut être plus longue avec parfois des écoulements notamment en cas de surinfection liée à une pathologie initiale très contaminante. La section de la matrice peut générer un arrêt de la pousse de l’ongle et l’apparition d’un nouvel ongle. Ceci peut être à l’origine d’un conflit entre l’ancien et le nouvel ongle.

Plus rarement :

  • L’infection est rare et peut nécessiter une ré-intervention.
  • Une récidive peut survenir en cas de réactivation matricielle. Les récidives par repousse ou kyste d’inclusion sont peu fréquentes avec un traitement chirurgical complet.
  • Les déformations résiduelles et décollements (onycholyses) sont difficiles à prévenir même avec un traitement chirurgical soigneux.

Et après, qu’est ce que je peux faire ? Qu’est ce que je dois faire ?

Ce traitement est suivi de soins locaux par une infirmière jusqu’à la fin de cicatrisation. Les fils sont souvent résorbables.

Le chaussage correct est obtenu vers le 12ième jour. Le bain est autorisé lorsque la cicatrisation finale est obtenue. Les suites sont habituellement peu douloureuses.

Le lever et l’appui sont immédiats mais souvent difficiles pendant quelques jours. La cicatrisation est obtenue en 2 à 4 semaines pendant lesquelles des soins locaux seront réalisés.

L’hospitalisation est en ambulatoire et l’arrêt de travail est adapté à votre activité professionnelle entre 0 et 15 jours.

La reprise d’activité sportive sera envisageable en fonction de la cicatrisation entre 15 et 30 jours après l’intervention.

Apprenez à évaluer l’évolution de l’ongle incarné et sa guérison après une opération de l’ongle incarné.

Après cette chirurgie il peut être prudent de consulter votre pédicure podologue pour effectuer la première coupe d’ongle. Ce professionnel vous donnera des conseils pour bien couper vos ongles par la suite.

 

Quelles suites puis-je espérer ?

Le résultat attendu est la disparition des douleurs. Il est obtenu en quelques semaines, avec un chaussage normal et l’absence de limitation sportive.

En résumé le traitement de l’ongle incarné est fréquent et permet de récupérer un pied indolore.

Esthétiquement vous conserverez un ongle diminué en largeur.

Questions fréquentes

Quel type d’anesthésie vais-je avoir ?

Tout est envisageable, il n’y a, à ce jour, aucun consensus dans la prise en charge anesthésique pour ce type de chirurgie. Tous les types d’anesthésie sont possibles :

  • L’anesthésie générale
  • La rachianesthésie (seulement les jambes)
  • L’anesthésie locorégionale (seulement le pied et la cheville)

L’anesthésie la plus adaptée à votre cas vous sera proposée par l’anesthésiste au cours de la consultation préopératoire.

Est-ce que ça fait mal ?

La chirurgie de l’ongle incarné n’est pas réputée pour être douloureuse mais la douleur est une notion très subjective (propre à chacun) raison pour laquelle il est très difficile de répondre à cette question. Toute chirurgie est douloureuse (il s’agit d’une agression pour l’organisme) mais il existe de nombreuses méthodes afin de prévenir cette douleur :

  • En péri opératoire des compléments d’analgésie peuvent être réalisés (infiltration d’anesthésiques locaux, blocs ou mise en place de cathéters …)
  • Prendre à titre systématique le traitement antalgique prescrit notamment les 5 premiers jours. Il ne faut pas attendre d’avoir mal car il est plus facile d’empêcher la douleur d’arriver que de la stopper une fois survenue.
  • Prendre le traitement anti-inflammatoire associé pendant les 5 premiers jours.
  • Respecter les consignes permettant d’éviter l’apparition de l’œdème (effort inadapté, position pied pendant, glaçage +++, surélévation systématique du pied …)

Plus spécifiquement ?

Puis-je prévenir l’incarnation sur l’autre hallux ?