La chirurgie ?

 

Il s’agit d’une libération ou la résection du névrome de Morton, qui est due à la compression d’un nerf entre deux os de l’avant pied, le plus fréquemment entre le troisième et quatrième métatarsien.

Le plus souvent il sera réaliser une voie d’abord dorsale longitudinale (+++), plus rarement entre les orteils.

Il existe deux attitudes chirurgicales possible vis à vis du névrome : on pourra réaliser soit une résection du névrome en zone saine avec exérèse de la division du nerf digital  soit une simple libération du névrome en le laissant en place.

 

L’exérèse du névrome est la plus souvent utilisée avec de très bon résultat En cas de résection du nerf, une insensibilité partielle des orteils surviendra sans conséquences.

 

 

 

Qu’est ce que je risque ? Quelles sont les complications ?

La liste ne peut être exhaustive et ne rapporte que les complications les plus fréquentes.

Comme toute chirurgie, il existe un risque d’hématome qui se résorbe en règle générale tout seul. Il peut exceptionnellement nécessiter une ponction évacuatrice ou un drainage chirurgical.

La cicatrisation est obtenue en deux à trois semaines, mais peut être plus longue jusqu’à la sixième semaine sans conséquences en générale.

Plus rarement :

L’infection est rare et peut nécessiter une ré-intervention.

Problème de récidive (6 à 10 % des cas) en rapport avec l’apparition d’un névrome post-traumatique après résection

Les phénomènes douloureux disparaissent en 3 à 4 semaines, mais une sensation de « boule sous le pied » peut perdurer quelques mois et nécessiter une semelle orthopédique pendant quelques mois.

Une phlébite peut survenir, en dépit d’un éventuel traitement anticoagulant. Il s’agit d’un caillot qui se forme dans les veines des jambes, celui-ci pouvant migrer et entrainer une embolie pulmonaire.

L’algodystrophie est un phénomène douloureux et inflammatoire encore mal compris. Elle est traitée médicalement et peut durer plusieurs mois (voire exceptionnellement années), entrainant une prise en charge spécifique avec rééducation adaptée, bilans complémentaires et parfois prise en charge spécifique de la douleur. Elle est imprévisible dans sa survenue comme dans son évolution et ses séquelles potentielles.

La liste n’est pas exhaustive et une complication particulièrement exceptionnelle peut survenir, liée à l’état local ou à une variabilité technique.

FUMER MULTIPLIE PAR 10 LE RISQUE DE COMPLICATION. IL EST DONC FORTEMENT RECOMMANDE D’ARRETER DE FUMER 3 MOIS AVANT

 

Et après, qu’est ce que je peux faire ? Qu’est ce que je dois faire ?

 

Les suites opératoires immédiates de votre intervention doivent respecter un certain nombre de consignes post opératoires générales:

  • La chaussure est portée pendant 21 jours. 
  • Il convient de marcher sans cannes en appui complet (en évitant la marche sur le bord latéral).

 

 

Quelles suites puis-je espérer ?

Le résultat attendu est la disparition des douleurs, il est obtenu en quatre à douze semaines, avec un chaussage normal et l’absence de limitation sportive.

L’arrêt de travail est adapté à votre activité professionnelle entre 3 et 30 jours.

En résumé :

Le traitement du névrome de Morton est fréquent et permet de récupérer un pied indolore. Les suites sont parfois longues comme toute chirurgie nerveuse.

 

Questions fréquentes

Faut-il m’opérer ?

Cela dépend de différents facteurs :

  • L’âge
  • Les comorbidités associées : TABAC, DIABETE, mauvaise circulation …
  • Les objectifs fonctionnels et sportifs
  • Le travail

Tous ces critères vont permettre à votre chirurgien d’envisager la meilleure solution pour vous.

Quel type d’anesthésie vais-je avoir ?

Tout est envisageable, il n’y a, à ce jour, aucun consensus dans la prise en charge anesthésique pour ce type de chirurgie. Tous les types d’anesthésie sont possibles :

  • L’anesthésie générale
  • La rachianesthésie (seulement les jambes)
  • L’anesthésie locorégionale (seulement le pied et la cheville)

L’anesthésie la plus adaptée à votre cas vous sera proposée par l’anesthésiste au cours de la consultation préopératoire.

Est-ce que ça fait mal ?

La chirurgie du névrome de Morton n’est pas réputée pour être douloureuse mais la douleur est une notion très subjective (propre à chacun) raison pour laquelle il est très difficile de répondre à cette question. Toute chirurgie est douloureuse (il s’agit d’une agression pour l’organisme) mais il existe de nombreuses méthodes afin de prévenir cette douleur :

  • En péri opératoire des compléments d’analgésie peuvent être réalisés (infiltration d’anesthésiques locaux, blocs ou mise en place de cathéters …)
  • Prendre à titre systématique le traitement antalgique prescrit notamment les 5 premiers jours. Il ne faut pas attendre d’avoir mal car il est plus facile d’empêcher la douleur d’arriver que de la stopper une fois survenue.
  • Prendre le traitement anti-inflammatoire associé pendant les 5 premiers jours.
  • Respecter les consignes permettant d’éviter l’apparition de l’œdème (effort inadapté, position pied pendant, glaçage +++, surélévation systématique du pied …)

Est-ce que je dois envisager une convalescence ?

NON,  l’appui total permet un retour au domicile généralement le jour même. Le deux premières semaines des aides pour les déplacements habituels (courses et autres) sont parfois à prévoir.