Qu’est ce que c’est ?

La maladie de Ledderhose correspond à une fibrose de l’aponévrose plantaire superficielle. Cela provoque la formation de nodules palpables sous la peau de la plante des pieds.

Nous avons affaire à une pathologie rare qui touche  principalement les hommes âgés de plus de 40 ans.

La maladie de Ledderhose a pour équivalent connu la maladie de Dupuytren au niveau de la main, et moins connu, la maladie de la Peyronie au niveau de la verge.

Pourquoi j’en ai une ?

On ne sait pas vraiment répondre à cette question.  Mais on connaît plusieurs facteurs favorisants:

  • un aspect héréditaire dans 30 à 50% des cas,
  • le diabète et l’alcoolisme,
  • certains médicaments (Isoniazide et surtout gardénaliques)
  • les micro-traumatismes (travailleurs sur échelles, sportifs),
  • les formes de l’enfant sont particulières avec prédominance féminine et héréditaire

Comment ça évolue ?

  • L’évolution est habituellement lente et souvent bilatérale. Elle peut être spontanément régressive.
  • L’évolution se fait parfois vers l’augmentation limitée du volume des nodules. Dans la majorité des cas cette augmentation va se faire longitudinalement avec une taille qui peut atteindre  3 voire 4 centimètres de long.
  • D’autres nodules peuvent apparaître avec un aspect de chapelet séparé par des zones paraissant saine.
  • Dans la majorité des cas les nodules se développent en dehors de la zone zone d’appui.
  • Les nodules peuvent devenir douloureux de manière importante en raison d’une inflammation.

Contrairement à la maladie de  Dupuytren, il n’y a pas de rétraction tendineuse dans la maladie de Leddherhose . La mobilité des orteils reste normale.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes de la maladie de Ledderhose sont les suivants :

  • apparition progressive de nodules fermes et élastiques au niveau de la plante du pied,
  • le plus souvent l’atteinte se situe au niveau moyen de la voute plantaire en interne,
  • une douleur assez forte lors de l’appui au sol avec une sensation de corps étrangers,
  • une gêne à la marche rendant la course à pied difficile voire impossible.

Que faut-il faire ? Quand doit-on m’opérer ?

Le diagnostic est essentiellement clinique et repose sur la palpation des nodules.

Les examens complémentaires (échographies et IRM) sont en règle inutiles.

Le traitement médical dépendra en partie de l’éventuelle étiologie associée. Dans ce cas le traitement débutera par sa prise en charge (équilibrage d’un diabète, sevrage alcoolique)

En absence de douleur, l’abstention sera la règle.

En cas de gêne ou de douleur on pourra commencer selon l’importance des lésions par un traitement médical local :

  • Physiothérapie et massages transversaux,
  • Infiltrations de corticoïdes et orthèses plantaires de confort avec cuvette de décharge destinées à soulager les zones d’appui et détendre l’aponévrose plantaire,
  • Aponévrotomie à l’aiguille associée à la corticothérapie locale : une contention par Tensoplast est gardée pendant 48 heures. Deux à trois séances espacées de 15 jours peuvent être nécessaires.

Comment préparer au mieux mon intervention ?

Selon les consignes de votre chirurgien, votre intervention sera préparée avec l’aide de la secrétaire en respectant un certain nombre de consignes pré opératoires.

punaiseCHAQUE PATIENT EST UN CAS PARTICULIER ET SEULES LES CONSIGNES DE VOTRE CHIRURGIEN SERONT A RESPECTER.