Qu’est ce qu'un pied plat ?

Le pied plat est une anomalie architecturale du pied se manifestant par un effondrement de l’arche interne du pied en charge et une déviation vers l’extérieur (=en valgus) de l’arrière pied. En effet, en situation normale, l’arche interne du pied n’est pas au contact du sol : elle forme ce que l’on appelle communément la voute plantaire.

Pour diverses raisons (détaillées dans le chapitre suivant), l’arche interne du pied va s’effondrer et la voute plantaire va complètement disparaître.  Il en résulte un contact anormal entre le sol et l’arche interne du pied aboutissant à un aspect de pied plat.

Remarque : La grande majorité des enfants avant 3 ans ont un pied plat et cette déformation est NORMALE avant l’âge de la marche. Les structures anatomiques permettant au pied et à l’arche interne de se creuser ne sont pas encore suffisamment matures ni suffisamment résistantes pour former la voute plantaire. Lors de l’acquisition de la marche puis au cours de la croissance, ses structures vont se renforcer et faire disparaître dans la majorité des cas le pied plat.

Pourquoi j’en ai une ?

Il existe 2 grandes catégories de pied plats : le pied plat constitutionnel (= présent à la naissance) et le pied plat acquis (= non présent à la naissance et apparaissant à l’âge adulte).

Le pied plat constitutionnel peut être :

  • idiopathique : aucune cause n’est identifiée pour expliquer la déformation.
  • Secondaire : synostose calcanéo-naviculaire ou talo-calcanéenne (= fusion anormale entre 2 os présente dès la naissance), maladies des tissus élastiques (syndrome de Marfan, etc…), malformations congénitales du pied.

Le pied plat acquis est un pied plat qui n’existe pas à la naissance et qui va apparaître à l’âge adulte. Il est lié à l’apparition d’une maladie et en est la conséquence. Voici quelques causes de pieds plats acquis :

  • Déficit du tendon du muscle tibial postérieur (tendinopathie ou rupture)
  • Maladies neurologiques (ex : myopathies) et neuropathies (ex : neuropathie diabétique)
  • Maladies rhumatismales (polyarthrite rhumatoïde)
  • Iatrogènes, traumatiques, etc…

Comment cela évolue ?

 

Tout d’abord comme précisé ci dessus, la grande majorité des enfants ont un pied plat plus ou moins marqué avant l’âge de la marche. Celui ci va progressivement disparaître lors de l’acquisition de la marche jusqu’à l’adolescence.

L’évolution du pied plat constitutionnel est différente de celle du pied plat acquis. En effet, la plupart des patients ayant un pied plat constitutionnel ne s’en plaindront jamais. Il restera totalement indolore et ne nécessitera jamais de prise en charge. Un certain nombre deviendra tout de même douloureux et justifiera une consultation à l’âge adulte.

Le pied plat acquis quant à lui sera en général moins bien toléré. L’installation de la déformation est habituellement plus rapide et donc moins bien supportée. Par ailleurs ce pied plat s’intégrant dans une pathologie (ex : polyarthrite rhumatoïde), le patient sera déjà dans un parcours de soins spécifique et sera donc plus sujet à un dépistage des complications de sa maladie notamment au niveau des pieds.

L’évolution dans le temps de ces pieds plats acquis est imprévisible mais se fera systématiquement vers l’aggravation progressive. 

 

Quels sont les symptômes ?

Le motif principal de consultation est la DOULEUR. Le patient se plaint de douleurs de l’arche médiale de son pied pouvant irradier dans la région rétromalléolaire interne. Ces douleurs surviennent lors d’activités sportives (ex : course à pied) ou pour les formes évoluées simplement lors de la marche.

Lorsque la déformation du pied est majeure, il peut apparaître des douleurs sur la face externe de la cheville par conflit entre la pointe de la malléole externe et le calcanéum.

Ces douleurs peuvent s’accompagner d’une boiterie ou d’une déformation du premier rayon en hallux valgus.

Un certain nombre de patient consultent pour un aspect disgracieux de leur pied sans autre symptôme associé. Une gêne esthétique ne constitue JAMAIS une indication opératoire. Votre chirurgien n’effectuera pas de  chirurgie à visée ESTHETIQUE.

Un examen sur podoscope permettra de classifier cliniquement le degré de déformation.

Un bilan radiographique et IRM (ou Scanner) permettra à votre chirurgien de déterminer avec précision la cause de votre pied plat et son importance.

Que faut-il faire ? Quand doit-on m’opérer ?

En cas de pied plat asymptomatique, aucun traitement ne doit être mis en place.

En cas de douleur, le traitement médical doit TOUJOURS être proposé en première intention.

Il comprend plusieurs niveaux :

Une antalgie par antalgiques de palier I ou II associée à des anti-inflammatoires (en l’absence de contre-indications)

La kinésithérapie :    

  • étirement de la chaine suro-achilléo-plantaire
  • conservation des amplitudes articulaires du pied et de la cheville pour éviter que la déformation se « fixe »
  • prise en charge de la tendinopathie du tibial postérieur : physiothérapie par ondes de chocs, etc…

Les orthèses plantaires fonctionnelles : lutte contre l’affaissement de l’arche interne du pied

Lorsque les douleurs persistent malgré un traitement médical bien conduit pendant plusieurs mois, il peut être envisagé une prise en charge chirurgicale.

La technique utilisée dépendra de la cause du pied plat, de son  stade évolutif et de son degré de réductibilité (Est ce que la déformation est fixée ou peut on manuellement la corriger ?).

Comment préparer au mieux mon intervention ?

Comme pour toute chirurgie une consultation d’anesthésie préalable est nécessaire en complément une consultation de cardiologie est parfois demandée.

Il est recommandé d’arrêter de fumer § semaines avant la chirurgie et 6 semaines après. Le tabagisme multiplie par 10 les risques de complications post-opératoires et notamment les risques de troubles de la cicatrisation et les risques de nécrose cutanée.

Selon le type d’intervention choisi par votre chirurgien,  l’intervention se déroulera soit  en hospitalisation ambulatoire (entrée le matin et sortie le soir) soit en hospitalisation conventionnelle sur quelques jours.

Une douche est nécessaire la veille au soir et le matin même de l’intervention avant de vous présenter aux admissions.

Pour une gestion simple les ordonnances post-opératoires (antalgiques, chaussure orthopédique, soins infirmiers) vous seront remises dès la consultation préopératoire afin de pouvoir vous organiser au préalable.

Vous devrez donc le jour de l’intervention rapporter les béquilles (parfois la botte de marche) pour pouvoir repartir avec.

punaiseCHAQUE PATIENT EST UN CAS PARTICULIER ET SEULES LES CONSIGNES DE VOTRE CHIRURGIEN SERONT A RESPECTER.

 


Consulter la chirurgie